FEEDEEFAT

Communauté de gainers, feedees et feeders francophone
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un pouvoir de la musique

Aller en bas 
AuteurMessage
fossilman
Passe à table


Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 19/11/2017

MessageSujet: Un pouvoir de la musique   Mer 18 Juil 2018, 10:22

[i
]Cette fiction ne comporte aucune référence au feederism[/i]
Vous êtes arrivé à la dernière chanson de votre concert. Plus de guitares saturées, plus de batteur fou, finie l'envie de vous égosiller. Vous avez eu envie de montrer autre chose que vos lointaines peurs adolescentes, vos saines colères sur l'état du monde, votre virtuosité à jongler avec les octaves. A presque quarante ans, vous sentiez que si vous enfermiez dans ce qui a fait votre succès, vous risquiez de tourner en rond, voire pire. Vous aviez eu un temps peur de perdre votre notoriété en changeant radicalement de style. Heureusement, les réseaux sociaux existent et lors de sessions où la production avait sélectionné des fans représentatifs de votre auditoire pour que vous puissiez tâter le terrain, les gens avaient suivi votre intuition sans hésiter. Votre lien avec votre public s'en ait trouvé renforcé, certains vous ont même permis de vous rendre compte que vous présentiez les signes avant-coureurs d'une dépression. Cette exploration artistique tombait donc à point nommé.
Vous vous sentez fébrile comme quand on vous surnommait vous et votre bande d'amis devenus stars mondiales, "les métalleux du lycée". Le blanc d'une trentaine de secondes entre le morceau que vous allez entamer et le précédent permet de calmer un temps la foule des festivaliers. L'hectare de prairie devant vous, noir de monde, bruisse de murmures entendus, puis s'apprête à vous écouter religieusement.
Vous présentez rapidement la chanson et les motivations qui vous ont poussé à l'écrire, en attendant qu'on vous donne votre toute première guitare, d'avant le groupe, celle avec laquelle vous vous rêviez d'être à peu près l'artiste que vous êtes aujourd'hui. C'est une guitare électro-acoustique, l'amplificateur n'étant là que pour rendre audible par cent mille personnes cette ode au public que vous vous apprêtez à délivrer.
Le soleil est déjà couché. Vous voyez une nuée de points lumineux. Des écrans de téléphone portable. Dans votre jeunesse, c'était les briquets, et il y fort longtemps, quand vous n'étiez pas né, des bougies. Le batteur se fait discret, le bassiste, celui de vos amis dont vous êtes le plus proche, harangue la masse compacte mais respectueuse de gens ordinaires qui vous suivent, avec votre complicité. Trois coups de baguettes, les projecteurs qui braquent une lumière tamisée sur vous, plus qu'à vérifier que votre confidente soit bien accordée et c'est parti. On redécouvre une technicité dans votre voix, auparavant masquée par les décibels, on s'étonne d'une charge émotionnelle nouvelle, à la fois plus mature et plus joyeuse.
Vous avez bien fait de suivre les conseils de votre femme, celle qui était au premier rang, déjà quand vous montiez encore sur les tables de la cantine pour vous produire, après les cours. Elle vous avait aidé à échapper à une bonne douzaine d'heures de retenue, le personnel n'appréciant que très moyennement les traces de bottes cloutées et crottées de terre sur un endroit dont l'hygiène doit rester impeccable. Au contraire, le CPE vous avait indiqué la salle de théâtre inutilisée faute de professeur compétent.
C'est votre vie que vous faites défiler dans les oreilles de l'assistance. Même les gens de passage sont bouleversés par la justesse des sentiments, la virtuosité des paroles (vous êtes auteur-compositeur-interprète, une rareté dans le milieu?), la sensation de plénitude qui vous envahit après chaque refrain. Ils ont déjà ce refrain en tête, chantent avec vous.
Sur le dernier mot, vous versez une larme, une larme de joie. Bien sûr vous vous révolterez encore de temps en temps contre ce qui vous choque, bien sûr vous montrerez encore parfois cette rage propre à la jeunesse, ne serait-ce pour enlever ce sentiment de solitude aux plus fragiles de vos admirateurs, ce sentiment qui a failli vous empoisonner la vie par deux fois, avant votre tout premier concert et le mois dernier, avant de vous lancer dans ce projet.
L'album connaîtra un succès au-delà de vos espérances, salué aussi par la critique comme seules quelques démos et la première galette avait pu le faire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un pouvoir de la musique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'une musique d'échauffement pour le moderne jazz
» Format d'une musique
» Problème d'ouverture de musique avec audacity
» Musique - Qu'est-ce tu écoutes en ce moment ?
» Urgent!! Musique imposé honneur cerceau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEEDEEFAT :: Médias :: Litterature !-
Sauter vers: