FEEDEEFAT

Communauté de gainers, feedees et feeders francophone
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Julie et Pauline partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ice tea
Discute goulûment


Masculin Nombre de messages : 325
Age : 31
Date d'inscription : 11/07/2017

MessageSujet: Julie et Pauline partie 2   Mar 08 Aoû 2017, 10:26

Comme toujours n'hésitez pas à laisser un commentaire Smile .

Quelques heures plus tard le petit matin vient les prendre par surprise. Lorsqu’elle se réveille Julie comprend tout de suite qu’elle a passée toute la nuit avec Pauline, la panique s’empare d’elle. Elle prend son téléphone et voit que ses parents ont essayés de l’appeler à plusieurs reprises et lui ont envoyés plusieurs messages pour savoir où elle était, si elle était toujours chez Pauline. Finalement dans leur dernier message les parents de la jeune fille expliquent qu’ils ont appelés les parents de Pauline qui les ont rassurés en disant que Julie était toujours là et que si jamais elle passait la nuit chez eux ça ne les dérangeait aucunement. Mais Julie ne savait pas comment ses parents allaient réagir en la retrouvant. Elle avait déjà dormir chez des copines, mais cela avait toujours été prévu avant. Elle n’osait pas non plus descendre préparer leur petit déjeuner, de peur de croiser les parents de Pauline. Mais cette dernière devant sa peur l’a rassure. Ses parents savaient qu’elle aimait les filles et même si ça n’avait pas été facile pour eux ils l’acceptaient. Pauline avait déjà ramené une ou deux filles chez elle et ils n’avaient jamais rien dit.
Finalement la mère de Pauline est montée amener le petit déjeuner aux filles.
« Bonjour les filles. Voici le petit déjà. Comme je ne savais ce que tu prenais Julie j’ai fait comme pour Pauline, un café noir et es tartines de pains beurrés.
- Merci madame.
- Hier soir tes plants ont appelés comme tu ne répondais pas à ton téléphone. Je les ais rassurés et je leur dis dit que si tu dormais chez nous ce n’était pas grave. Je ne leur dis rien dit de plus, mais je pense que maintenant tu devrais leur dire. Si tu veux tu peux même leur dire de venir, comme ça si jamais ils réagissent de manière brutale ou sont abasourdis et ne comprenne pas ce qui leur arrive nous serons là avec le père de Pauline. Nous avons vécu la même chose, nous savons ce que c’est. Nous pourrons les rassurer. Et dans le pire des cas, j’ai un mari qui n’hésiteras pas à te défendre.
- Merci beaucoup madame. »

Après ces paroles réconfortantes, Julie décide de faire comme lui à proposée la mère de Pauline. Mais avant elle veut discuter un peu avec Pauline.
« Tu leurs en as parlé il y’a longtemps de ta préférence pour les filles ?
- Ca doit faire un an que j’ai fait mon « coming out ». Pendant plusieurs mois ça pas été facile, ils comprenaient pas pourquoi j’étais lesbienne et ils ne l’acceptaient pas. Finalement ils ont décidés d’aller voir un psy avec moi pour qu’on en parle tous les trois. Résultat ils ont accepté mon homosexualité. Et maintenant ils rêvent même d’avoir une belle-fille dans quelques années.
- Je ne sais pas du tout comment vont réagir mes parents c’est un sujet dont on jamais parlé. Plus généralement on parle pas de sexe. Y’a une sorte de pudeur chez nous. On ne se livre pas.
- Depuis combien de temps tu sais que tu es lesbienne ?
- Deux ans. Et toi ?
- Je crois que je l’ai toujours sût. J’ai jamais été attiré par les garçons. Tous ce que je faisais c’était jouer avec eux ou me battre contre eux. Comment tu as compris que tu étais homo ?
- Je regardais que les filles. Dès que je voyais passer une jolie fille je pouvais pas m’empêcher de la mater comme dise les mecs. Alors que les garçons jamais. Je les trouvais pas attirant, et je comprenais pas mes copines qui bavaient devant eux.
- Tu veux faire comment pour l’annoncer à tes parents ?
- J’en sais absolument rien.
- Il y’a un tas de manière de faire son « coming out ». Je l’ai fait devant un film où on voit deux filles qui s’embrasse. Maintenant pour toi je sais pas on pourrait leur proposer de monter dans ma chambre et on est toutes les deux, l’une contre l’autre main dans la main. C’est un peu brutal je le reconnais mais au moins c’est clair.
- Après tout j’ai pas d’autres idées. Je vais leur envoyer un message pour leur dire de venir. »    

Julie envoie donc le message à ses parents et descend prévenir les parents de Pauline. Le père et la mère de Pauline acceptent l’idée sans problèmes. Les parents de Julie arrivent une vingtaine de minutes plus tard. La sonnette retentit, la mère de Pauline ouvre et leur dit qu’ils vont aller chercher Julie dans la chambre de Pauline. Le père de cette dernière fermant la marche. Les parents de Julie sont surpris et ne savent pas trop à quoi s’attendre devant cet espèce de cérémonial. Ils sont inquiets, mais ils le sont depuis la veille et se disent qu’en 24h Julie leur aura fait faire un sacré sang d’encre. La mère de Pauline comme convenu ouvre la porte et laisse passer les parents de Julie qui entrent et découvrent stupéfaits, leur fille contre son amie, main dans la main. Le choc est rude et tous les deux cherchent un siège pour s’asseoir. Après le choc de la surprise vient le choc des faits, leur fille est homosexuelle. Très vite la discussion s’engage.
« Comment ? Pourquoi ? Depuis quand ?
- Oui, je suis homosexuelle. J’ai craquée sur Pauline à ma soirée d’anniversaire. Elle aussi est lesbienne et me l’a dit assez vite. Je l’ai draguée et hier soir on à échangée notre premier bisous. Ca fait deux ans que j’ai compris que j’aimais les femmes. Quand j’étais dans la rue ou au collège je regardais jamais les garçon, c’était toujours les filles. Je les trouvais belles, elle me plaisait. A force j’ai fini par comprendre que j’étais homo.
- Mais … .
- Vous inquiétez pas je suis toujours la même. Je n’ai pas changée et je ne vais pas changée. C’est juste que j’aurais une copine et pas un copain.
- Madame, monsieur est-ce que vous souhaitez qu’on redescendre et qu’on en parle entre nous. Je crois que ça été assez dur pour votre fille et nous pourrons vous dire comment nous l’avons vécu. »

Les parents des deux jeunes filles redescendent et s’installent dans le canapé. C’est la mère de Pauline qui ouvre la discussion.
« Je suis désolée que vous l’appreniez comme ça. C’est assez brutal, mais je crois que de toute manière il n’y aucune bonne façon de l’annoncer, c’est toujours brutal. Pauline nous l’a annoncé alors qu’on regardait la télé tous les trois. Ca nous à surpris et choqué. On ne s’y attendait pas du tout. Nous avons été choqués dans le sens où sans doute comme vous ça ne nous paraissait pas normal. On se disait soit qu’on avait raté quelque chose dans son éducation, soit que c’était par rébellion, soit que c’était carrément un défaut de naissance, … On as tous imaginé. Les premiers jours ont été très difficiles. Finalement nous en avons parlé à notre médecin qui nous as conseiller de faire une thérapie tous les trois pour en parler et dédramatiser. Pendant environs trois mois nous allions chez le thérapeute une fois par semaine. Nous avons fini par comprendre que ce n’étais ni de notre faute, ni une erreur de la nature, que c’était tout simplement ainsi, qu’elle ne l’avais pas choisi et qu’il fallait l’accepter. Et même si à la fin de la thérapie ça n’a pas été facile tous les jours ça allait mieux, et maintenant tout est rentré dans l’ordre. Pauline n’a pas changée, elle est toujours la même. Je dirais qu’elle est peut-être même mieux dans sa peau. Depuis elle nous à présenté 2 ou 3 copines et ça c’est toujours bien passé. Je ne sais pas ce que ça donnera avec votre fille, mais nous serions très heureux si ça pouvait durer, peut-être pas toute la vie, mais un petit bout de temps.
- Merci madame. C’est vrai que nous sommes un peu perdu et choqué. Je pense que pour mon mari c’est la même chose, mais je ressens ce que vous nous avez décris.
- Tu as tout à fait raison chérie.
- Si on a voulu vous en parlez c’est que nous savons ce que c’est, nous avons traversés des difficultés et si nous pouvons vous aider à les traverser plus facilement que nous, nous en serions très heureux, ajoute le père de Pauline.
- Merci. Je crois qu’en rentrant nous allons discuter avec Julie et je pense que dès lundi nous prendrons rendez-vous avec le thérapeute que vous avez vu. Répond le père de Julie.
- Plus vite nous réglerons ça, mieux ce sera. »

Les parents de Julie se levèrent appelèrent leur fille qui est descendue. Le week-end ne sera pas facile pour eux trois et dès lundi comme promis le père de Julie appelle le thérapeute et prend rendez-vous.
Avec la permission de ses parents Julie retourne chaque soir chez Pauline pour lui amener les cours et les devoirs. Le premier rendez-vous avec le thérapeute arrive lui aussi assez vite. Au fil des semaines, de ses visites à Pauline et chez le thérapeute, sous leur influence Julie va changer. La rebelle qu’elle était va s’assagir, réfléchir à sa manière d’être, d’envisager le monde, … . Elle va prendre goût aux études et en particulier à la sociologie et à l’histoire et ses notes vont commencer à s’améliorer. En revanche Pauline ne parvient toujours pas à la mettre au sport comme elle aurait tant voulu. C’est définitif le sport ce n’est pas pour elle. Ces changements font la joie de ses parents et de Julie. Au fil des semaines les parents de Julie vont aussi apprendre à accepter l’homosexualité de leur fille et à ne pas la considérer comme un choix, une maladie ou tout autre connerie de ce genre développées par certains. Les parents de la jeune fille vont même apprendre à connaître Pauline et ses parents. Rapidement les parents de Julie s’entendent bien avec les parents de Pauline et comprenne à quel point Pauline est une jeune fille bien et son influence est positive sur leur fille.

Les deux filles vont décrocher leur bac sans difficultés. Pauline comme elle en avait toujours rêvé s’inscris en S.T.A.P..S., sciences et techniques d’aptitudes physiques et sportives, afin de devenir prof de sports. De son côté Julie s’inscrivait en sociologie. L’université étant à Amiens les deux filles cherchent à un logement, soit en cité universitaire, soit dans le secteur privé. Leur dossier refusé par le C.R.O.U.S. d’Amiens, les filles sont obligées de chercher dans le privé et par conséquent de trouver un petit boulot à côté. Les parents de l’une et l’autre pouvaient payer la nourriture, les transports ou quelques petites choses en plus, mais ne pouvaient se permettre davantage. Néanmoins ils offrent une vielle Clio d’occasion aux filles pour qu’elles puissent venir les voir. Cela dit un studio dans Amiens était tout aussi bien, puisqu’une chambre universitaire, étant par nature individuelle, les filles auraient été séparées. Pauline trouve un boulot de mise en rayon et de caisse dans un supermarché, quand à Julie elle trouve un boulot à McDo comme beaucoup d’autres étudiants.
Revenir en haut Aller en bas
 
Julie et Pauline partie 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une partie de pêche au coup pour la brème
» Réparation carter Moteur partie came embrayage
» partie mecanique gtv6
» Videos de Pauline et Cyril
» David Gros/Julie Chauvin (Clio Williams FN3)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEEDEEFAT :: Médias :: Litterature !-
Sauter vers: