FEEDEEFAT

Communauté de gainers, feedees et feeders francophone
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biarni: un nouveau héros

Aller en bas 
AuteurMessage
nolifetokyo
Gourmand de paroles


Masculin Nombre de messages : 281
Age : 23
Localisation : 94
Date d'inscription : 26/08/2012

MessageSujet: Biarni: un nouveau héros   Mer 30 Déc 2015, 14:29

Salutations très chers membres du forum je vous livre une nouvelle fiction cette fois ci une centré sur l'homosexualité masculine version feederisme. Pour ceux qui vont la lire je vous souhaite une bonne lecture.

Je viens tout juste de terminer ma séance d’entrainement sa fait du bien. Mes muscles saillants sont encore bien pompés par ma séance d’entraînement. Je me matte dans les miroirs du vestiaires et ya pas à dire je suis un putain de beau gosse. Des épaule extra larges, des pecs massifs, des biceps comme des boulets de cannons sans parler de mes cuisses pareil à des troncs d’arbres et des abdos (berk !) comme une planche à laver. Je dois dire merci à mes gènes de vikings, ouep je suis un géant blond aux yeux bleu-gris. Maintenant c’est la sacro-sainte phase de prise de masse et je vais pouvoir enfin me lâcher niveau bouffe, yeah !

Notre géant blond sortit de la salle de gym en se dirigeant vers sa voiture, il entendit un bruit étrange. Il se retourna pour voir une flaque de liquide bleu fluorescent, curieux il s’en rapprocha. Etais-ce de la peinture, de la gelée ou bien autre chose ? Se demanda-t-il tout en s’approchant du liquide mystérieux. Ce liquide bien étrange semblait l’appeler occulter toutes pensées sur le danger de cette bouillie bleue. Il s’accroupit et toucha le liquide. Au contact de notre héro le liquide se troubla et brusquement se mit à l’attaquer pour entrer de force dans sa bouche, l’entité liquide continua son invasion jusqu’à l’estomac jusqu’à la dernière goutte. Le bodybuilder retrouva ses esprits et fonça jusqu’à sa voiture direction les urgences les plus proches. En chemin il passa devant un buffet à volonté qu’il connaissait bien, c’est à ce moment que son estomac se mit à rugir comme un ours. A ce moment l’esprit de notre héros n’était empli que par une seule pensée : nourriture ! Il entra dans le buffet, là un homme d’une quarantaine d’année plus petit et mince que notre géant affamé, s’avança pour accueillir ce titan.

L’homme : Bien le bonsoir monsieur Biarni*, se sera la formule à volonté ?

Biarni : Ouais bien sûr Antoine, tiens voilà 20€ garde la monnaie !

Le bodybuilder n’attendit pas la réponse et se précipita jusqu’au buffet et chargea lourdement deux assiettes.

Quand je pris la première bouchée de nourriture mon corps se mit à chanter, j’ai eu l’impression de redécouvrir la nourriture. Mon estomac se calma un peu, je voulais plus de ce sentiment plus intense qu’un orgasme. Je continuais à me goinfrer à m’en faire péter le bide. Quand ma fourchette grattait l’assiette vide déçu, je léchais l’assiette ne laissant aucune trace de nourriture. Je me levais pour chercher plus.

Antoine le propriétaire, regarda médusé le spectacle devant lui, son client était en train de dévorer avidement son buffet. Biarni engloutissait à une vitesse incroyable la nourriture devant lui. Le propriétaire ne pouvait pas arrêter cet hommage à l’hédonisme. Cela n’avait rien à voir avec la taille ou la force qu’avait Biarni. Non Antoine ne voulait pas arrêter car tout dans cette façon de manger était si sensuelle.

Je continuais à me goinfrer et là une nouvelle sensation apparut, celle de mon ventre en train de se gonfler. C’était vraiment génial ! Une sensation de chaleur envahissait tout mon corps, cette sensation s’amplifiait en même temps que mon bide grossissait. Je commençais même à palper mon ventre rond et solide comme le reste de mes muscles après une bonne séance d’entrainement. Oh putain je me mets aussi à gémir entre la bouffe et mes tripes. Il m’en faut toujours plus. Je continue de me goinfrer je reviens avec deux assiettes de nourriture.

Le pauvre Antoine se retrouvait maintenant avec le son en plus de l’image. La partie salée du buffet venait d’être décimé par l’admirable colosse. Le sublime affamé commença à s’attaquer aux desserts. L’ogre prit l’ensemble du cheese cake au caramel noyé dans un océan de chocolat. Biarni dévora ce cheese cake titanesque accompagné de son océan de chocolat tomba au combat comme le reste. Il retourna pour prendre cette fois-ci de la glace au coco accompagnée d’une avalanche de crème fouettée. Ce glacier de gourmandise n’opposa guère de résistance aussi. Le glouton décida de finir son festin avec une onctueuse mousse de fraise accompagné de crèmes à la framboise et à la cerise. Ces dernières douceurs avaient une texture soyeuse et leurs goûts étaient comparables à de doux baisers fruités. Biarni se sentait enfin rassasié, toutes pensées du danger ou bien même de l’existence de la gelée bleue disparues.

Biarni : merci *urp* pour le repas.

Antoine regarda son client au bord de l’explosion, s’en aller accompagner par un concert de rot. A ce moment-là sa transe se rompit.

Antoine : Qu’est-ce qui m’est arrivé ?

Oh putain, j’ai *burp* exagéré. Merde j’ai l’impression d’oublié un truc important, *burp* sûrement rien d’important. En rentrant, j’aperçois mon adorable voisin Léo. Un petit gars super mignon, avec ses cheveux caramels, ses grands yeux chocolats, ses jolies lèvres roses charnues comme des cerises… Merde je suis obsédé par la bouffe aujourd’hui. Bref avec sa jolie peau claire comme de la glace ou de la crème chantilly… Putain ! Mon cerveau est branché à mon bide ou quoi ! Ah il s’approche de moi.

Léo : Bonsoir Biarni, je vois que tu as eu un bon dîner.

Biarni : Ouais t’sais avec la phase de prise de masse, je me lâche sur la bouffe mais une fois que j’aurai fini, je reprendrai mon régime pour garder mes abdos.

Léo : J’ai toujours trouvé ça étrange que des mecs superbe comme toi s’affame pour de banales tablettes de chocolat. Alors que…

Il s’approcha de moi et commença à frotter mon ventre.

Léo : Les mecs avec de l’appétit et qui en sont fiers sont les plus sexy.

Il intensifia son massage avec ses petites mains en cercle lent. Je me mis à gémir.

Léo : tu aimes ça ?

Biarni : Hmm…

Ces petites mains frottant mon ventre. Putain, c’était génial. *URRRRP* Oof !

Léo(déposant un baiser sur la mâchoire de Biarni) : Je pense que ça suffira pour ce soir si jamais tu as besoin d’un autre massage vient me voir quand tu veux.

Il disparut dans son appartement laissant Biarni dans le couloir.

Biarni : Merde ce petit gars kiffe mon bide. Sérieux ?!

* Fort comme un ours
Revenir en haut Aller en bas
http://nolifetokyo.tumblr.com/
nolifetokyo
Gourmand de paroles


Masculin Nombre de messages : 281
Age : 23
Localisation : 94
Date d'inscription : 26/08/2012

MessageSujet: Biarni: un nouveau héros chapitre 2   Dim 19 Fév 2017, 00:08

Salutations très cher membres du forum je publie ici le second chapitre de ma fiction. ATTENTION DANS CE CHAPITRE IL Y A UNE TENTATIVE DE VIOL

Cette nuit, je m’endormis comme une masse dans mon lit. Je me mis à rêver d’un espace sombre empli de brouillard.
«- Salut, est-ce que tu as bien profité de ta soirée ? » Dit une voix inconnue. »
Je me suis retourné pour voir un clone de moi, un clone fait de bouillie bleue… Bouillie bleue…
« - Bordel ! T’es le truc qui m’a violé la bouche ! S’écria le jeune homme.
- Eh ! Pour commencer je ne suis pas un truc mais une gelée royale, ensuite, je ne t’ai pas violé la bouche, je t’ai choisi pour devenir mon hôte. C’est un honneur tu sais. Répondit avec désinvolture la gelée.
Sérieusement un honneur tu m’as forcé à t’avaler ?! J’appelle ça un viol.
Tout de suite, les grands mots tu devrais m’être reconnaissant plutôt de t’avoir choisi en tant qu’élu.
Comment ça ? Questionna Biarni
Je vais être honnête avec toi. J’allai mourir et tu es le seul candidat possible. Le seul candidat, capable d’accepter mon pouvoir.
Qu’est-ce que j’en ai à faire de ton pouvoir ?
Tu pourrais l’utiliser pour faire le bien de l’humanité.
Et ?
Hmph, grâce à moi tu as pu initier le contact avec Léo.
Ah ouais ?
Bien sûr pour que mon pouvoir s’épanouisse il faut que mon hôte grossisse. Et le petit Léo adore les hommes grands, forts et gras ce que tu pourrais devenir grâce à moi.
Donc je pourrais devenir le fantasme de Léo grâce à toi et pouvoir faire le bien autour de moi.
C’est ça. »
Les deux se regardèrent dans le blanc (ou le bleu) des yeux pendant de longues secondes.
« - Tu me crois pas c’est ça ! Dit la gelée
- Si si c’est parfaitement logique comme histoire : toi, gelée de l’espace, moi hôte. Parfaitement crédible cette histoire y’a pas à douter une seule seconde. Hé qu’est-ce que tu fais ?
Je vais faire en sorte que tu acceptes la vérité. »
La gelée avait transformé sa main gauche en un tampon à encre. Ils se mirent à se battre, la gelée pour tamponner Biarni et Biarni essayant d’éviter de se faire tamponner par la gelée.

Biarni se réveilla en sursaut.
« Bordel ! C’était juste un cauchemar. Franchement comment j’ai pu rêver de gelée de l’espace. »
En passant devant le miroir de sa chambre Biarni aperçu un bouddha bleu fluo imprimé sur sa joue gauche.
«- Oh merde tout était vrai.
- Il était temps que tu prennes conscience de la vérité.
Ah bordel ! »
Le clone bleu sortit du miroir.
« - C-comment c’est possible que tu sois là ? Demanda sous le choc Biarni.
- Ce que tu vois-là est une projection mentale de ma personne, plus pratique pour parler. Répondit la gélée. Mais physiquement parlant… (Il tapota le ventre de Biarni). Je suis toujours là. Respire ! »
Après un moment Biarni et la gelée s’installèrent dans la cuisine.
« - Putain pourquoi moi ?! J’ai rien de spécial ! Dit Biarni.
- Tu seras capable de le gérer t’en fais pas, il faudra juste prendre le temps t’y habituer. »
Et en effet la gelée avait raison au bout d’un temps Biarni réussit à maîtriser la puissance de la gelée. Il sentit sa force augmenter autant que son appétit. Il le voyait tous les jours dans la salle de gym. Tous les autres lui demandèrent son « secret ».
« - T’prend q’elle merde p’r ê’re aussi fort ? Demanda Kevin.
- Rien, aucune drogue. C’est juste mes gênes de viking qui entrent en action, maintenant, que j’arrête d’affamer mon corps. Répondit Biarni.
Sans déc’, t’as vu l’bide qu’t’a.
Eh, c’est pas un roidgut que j’ai. C’est pas une carapace de tortue collé sur un ballon que j’ai. »
Biarni a continué de montrer sa force croissante. Faisant un nombre incalculable de jaloux autour de lui.
Le jour, Biarni ressemblait toujours à un bodybuilder en période de prise de masse, mais la nuit il devenait, le cauchemar de tous les criminels de la ville. Biarni revêtait alors une combinaison en lycra noire avec des bandes bleu fluo, sur les poignets et aux chevilles ainsi qu’au niveau de la poitrine. Il portait aussi un masque noir capable de dissimuler sa véritable identité au monde quand il portait son costume de super héros. Une autre nuit de vigilance commença, pour Biarni.
Dans la nuit noire, Biarni patrouillait dans la ville quand il entendit des éclats de voix. Il se rapprocha d’une ruelle sombre pour voir Léo encerclé par un groupe de gars.
« - Eh p’tit suceuse j’ai un 25 cm p’r toi. Dit le chef de la bande
- Fous-moi la paix espèce de connard ! Hurla Léo. »
Il essaya de s’enfuir mais le reste du groupe l’en empêcha.
«  - Lâchez-moi bande d’enfoirés ! Hurla la victime. »
« - Laissez-le tranquille tas de cons ! Dit le super héros d’une voix empli de colère.
- Chopper la grosse merde en collant ! Ordonna le chef.
Essayez un peu tas de lopette. » Répondit Biarni.
Biarni donna un coup de poing, au type qui retenait Léo. Le type en question lâcha Léo.
« - Va-t’en, je me charge d’eux. Ordonna Biarni à Léo.
- Non, attendez, je vais appeler la police. Vous ne pouvez pas vous occuper d’eux à vous seul. Répondit Léo de manière inquiète.
T’en fais pas, je suis le nouveau super héros du coin. Allez va-t’en ! Dit Biarni en forçant Léo à fuir.
- Chopper-les ! Ordonna une nouvelle fois le chef. »
Biarni attrapa les deux gars et les envoya contre le mur le plus proche. L’un des autres sous-fifres sortit un couteau pour essayer de le tuer. Mais le voyou sembla surpris, par les réflexes de Biarni, il se retrouva avec un bras coincé derrière le dos avec une clé de bras. Il l’envoya rejoindre la pile des autres voyous mis K.O. Biarni attrapa le chef des petites frappes.
« - Alors, sale petit con, tu te la joues moins maintenant que t’es seul ! Dit de manière hargneuse le super héros. »
Biarni maintenait le petit trouillard contre le mur avec son ventre. Le petit moucheron essayait de lutter contre la masse chaude et puissante du ventre du héros. Le moucheron pris comme dans une toile par l’impressionnante masse du ventre du super héros.
«  - Pitié, laisse-moi partir ! Supplia le microbe.
- Hors de question petite merde, la prochaine fois que t’essayeras de violer quelqu’un, je te réduis en miette. Menaça le héros masqué. »
Et il l’assomma, il réunit les voyous et les attacha. Le super héros écrivit connard n°1 à connard n°5 sur le front des abrutis.
Pendant ce temps Léo avait appelé la police durant l’altercation. Le super héros masqué disparu dans la nuit, pour laisser la police faire son travail.
« - J’ai rien fait, ce type m’a tabassé alors qu’un pote aller me faire une pipe. C’est moi la victime ! Victime d’un casseur de PD. Gémit la petite frappe.
- Mais bien sûr, garde tes histoires pour ton avocat en attendant, je vais t’expliquer ce qu’est un viol et pourquoi tu vas finir en tôle. Répondit le policier. »
Léo passa une bonne partie de la nuit au poste de police. Tout ce que le jeune homme voulait s’était en finir le plus vite pour pouvoir oublier. Une fois raccompagné devant son immeuble, Léo ne voulait pas rester seul. Il fut soulagé quand il vit, Biarni l’attendre dans le hall de l’immeuble.
« - L’immeuble est déjà au courant de mes problèmes ? Demanda avec une grimace, le jeune homme.
- Malheureusement oui. Répondit le bodybuilder.
C’était à prévoir. Je me demandai si je pouvais t’inviter à diner ?
Quoi ?! répondit Biarni
C’est bête mais je n’ai pas envie de rester seul, ce soir.
Pas de problème ! Si je peux aider et avoir un repas gratuit, je vais pas refuser.
Génial ! s’exclama Léo. »
Les deux montèrent jusqu’à l’appartement de Léo. Biarni se mit à l’aise dans le salon pendant que Léo, s’occupa du repas. Il revint dix minutes plus tard.
« - Pour commencer, tranche de pâté en croûte, tapas de jambon de Bayonne et tartine de saumon fumé au fromage frais et épinards. Présenta Léo.
- Waou, sa a l’air délicieux. J’ai hâte d’y goûter. S’extasia Biarni.
Bien sûr que c’est délicieux ! Vu que c’est moi qui ai préparé tout ça ! Dit avec fierté Léo.
Che pâté en croûte est délicieux. (Il avala ce qu’il avait dans la bouche). Tu l’as vraiment fait toi-même ? Demanda le gourmand.
Tu m’as déjà vu te proposer autre chose que du fait maison.
C’est vrai. Tu manges rien ?
Non, j’ai pas faim.
Tu veux en parler ? Demanda Biarni de manière soucieuse.
Pas maintenant, je veux juste penser à autres choses, ce soir.
Pas de soucis, c’est comme tu veux.
Je parle, je parle et toi tu es entrain de dépérir. Je reviens avec la suite. Dit Léo avec un clin d’œil. »
Biarni eu le droit à un festin. En entré il y avait une terrine de foie gras accompagné de petits pains aux abricots. Ensuite plusieurs grands bols de soupe à la tomate et à la mozzarella. Arrivé à cette étape Biarni dû défaire sa ceinture.
« - Alors, mon grand on déclare déjà forfait. Taquina Léo.
-Nan, j’ai juste pas la tenue adéquate pour répondre à ton défi c’est tout. Répondit du tac-o-tac Biarni. Sa te déranges si je me mets à l’aise ? A moins que tu ne supportes pas mon corps d’adonis ?
Bien sûr aucun problème. Je ne voudrais pas te donner aucune excuse pour ta défaite.
Ma défaite ?! Tu rêves tu demanderas grâce bien avant moi !
C’est ce qu’ils disent tous mais aucun ne tient cette promesse. »
Léo parti chercher la suite. Il revint avec une grosse plâtré de bœuf bourguignon accompagné de penne, le super héros engloutis rapidement la viande doucement mijoté dans le vin rouge, après il épongea le reste de sauce avec des morceaux de baquette. Léo lui présenta un énorme plat de blanquette de veau, accompagné de son riz parfumé au citron, comme pour le plat précédent il ne resta pas une miette, un grain de riz ou une goutte de sauce.
« - Tu veux faire une pause ? Demanda malicieusement l’adorable jeune homme.
- Si j’étais un petit gars comme toi, j’aurai déjà explosé. Mais je suis un viking gigantesque alors pas besoin.
Comme tu voudras, mais tu auras besoin de mes doigts de fée pour ton ventre car je ne compte pas te ménager.
Tu vas voir ce que c’est qu’un appétit de viking. Fanfaronna le dit viking. »
Léo apporta un plateau de fromage composé de chèvre, d’emmental, de gruyère et de fromage frais. Le jeune homme coupa de généreuses tranches de pain de campagne. Biarni n’hésita pas à se faire plusieurs tartines des différents fromages proposés, variant les combinaisons : fromage frais-chèvre, emmental-gruyère, fromage frais-gruyère et chèvre-emmental avec du miel et des noix.
« - Tu veux faire un trou normand avant le dessert ? Demanda Léo.
- Mmph, pas besoin, j’ai déjà dit que j’étais capable de finir ce repas sans pause.
Je t’aurais prévenu ne vient pas te plaindre après. »
Léo alla chercher le dessert de ce festin. Il commença par apporter des profiteroles avec une sauce au chocolat. Il apporta aussi des tartelettes aux fraises à la crème pâtissière et sans parler de l’épais gâteau de Savoie.  Biarni eu du mal à arriver au bout de ce repas, mais il refusa d’abandonner, sa fierté le lui interdisait.
« - Alors, petit gars j’ai relevé ton défi, impressionné ? Demanda avec une respiration difficile.
- Mouais tu as tenu ta promesse, c’est un bon début. Mais je plein ton pauvre estomac, vu tout ce que tu as fourré dedans. »
Léo se leva pour débarrasser les derniers restes du festin. Une fois que Léo fut hors de vue Biarni ne put s’empêcher de retenir un gémissement de pure douleur.
« - J’ai entendu. J’ai très envie de te dire je te l’avais bien dit mais ce serait tellement puérile de ma part. Je suis au-dessus de tout ça évidemment. »
Une fois de retour dans le salon, Léo se mit à masser le ventre de Biarni. Le géant soupira de bien-être. Les doigts de fée de Léo lui procuraient un soulagement dont il aurait bien eu besoin sur ses membres courbaturés après ses séances d’entraînement.
« - Tu es machiavélique, ton plan génie du mal était de me gaver avec ta cuisine délicieuse pour me garder prisonnier sur ton canapé.
- Moi, un génie du mal mais je suis innocent comme Bambi regarde comme je bas des cils. (il se mit à battre des cils). C’est la preuve que je suis innocent, c’est de notoriété publique que les génies du mal ne savent pas battre des cils. Dit-il ironiquement.
Ok tu m’as convaincu.
Bien je voulais te remercier d’être resté avec moi je ne pouvais pas rester seul ce soir. Dit Léo.
Non c’est à moi de te remercier pour le délicieux diner que tu m’as donné.
Non sérieusement je ne sais pas ce que j’aurais fait tout seul ce soir après ce qui m’est arrivé. Je me sens tellement vulnérable et sale. (Il éclate en sanglot)
Eh tu n’es pas sale parce qu’un cornard a décidé de te violer, c’est ce type qui est dégelasse. (Biarni pris Léo dans ses bras). Shh ça va aller. Quand ton chevalier servant en collant sera pas là, moi je le serai. (Léo se mit à rire à travers ses larmes).
C’est vrai qu’il ne peut pas venir tout le temps à mon secours vu qu’il doit certainement être très occupé à laver et repasser ses collants. J’accepte ton offre. »
Léo se remit à frotter le ventre de Biarni tout en étant dans ses bras.
« - C’est marrant on dirait que ton ventre ronronne. Remarqua Léo.
- Mais non il gargouille juste très fort avec tout ce que j’ai mangé, c’est pas étonnant. Ha ha. Répondit Biarni avec gêne. Putain, arrête tu vas nous foutre dans la merde. Pensa Biarni.
- Je sais ce que je fais t'en fais pas. C’est pour aider Léo à supporter cette épreuve. Pensa la gelée bleue.
Mais arrête bordel. Pensa Biarni.
Je te dis que je sais ce que je fais. Pensa la gelée bleue.
Ce son que produit ton estomac est incr… Dit le petit Léo en s’endormant.
Putain tu lui as fait quoi ? S’écria Biarni.
Relax, je lui ai juste donner un coup de pouce pour évacuer le stress physique et émotionnel de l’agression. Ensuite je lui ai donné de quoi supporter le traumatisme. En somme ce sommeil réparateur va l’aider à surmonter toute cette histoire, grâce à mes pouvoirs magiques. Expliqua la gelée bleue. »
Biarni ramassa Léo et l’emmena dans la chambre et Biarni borda Léo dans son lit. Biarni se pencha et embrassa le front de Léo en lui souhaitant de beaux rêves.
Revenir en haut Aller en bas
http://nolifetokyo.tumblr.com/
nolifetokyo
Gourmand de paroles


Masculin Nombre de messages : 281
Age : 23
Localisation : 94
Date d'inscription : 26/08/2012

MessageSujet: Biarni: un nouveau héros chapitre 3   Sam 05 Aoû 2017, 13:37

Voici le 3e chapitre en espérant qu'il vous plaise.

Grâce au traitement de la gelée bleue, Léo semblait ne pas souffrir d’un quelconque traumatisme suite à son agression. Biarni en était soulagé. Cela permettant à Léo de continuer à vivre sa vie sans séquelle et surtout de poursuivre le petit jeu de séduction entre eux deux. Donc tout semblait aller pour le mieux. Biarni rentrait d’une de ces patrouilles quand tout à coup, il entendit des hurlements venant de l’appartement de Léo. Il se précipita pour porter secours à son voisin. En arrivant sur les lieux, il vit une énorme pieuvre de gélatine rouge. Cet énorme monstre avait englué dans ces tentacules, Léo. Le super héros vit rouge et essaya de tirer Léo des griffes du monstre. Cela en vain, le monstre esquiva toutes les attaques du héros. Le monstre réussi à s’échapper ne laissant derrière lui des traces gluantes rouges.
« - C’est quoi ce bordel ?! Une autre gelée ?! S’affola le super héros.
- Non, ce n’est pas un de mes congénères. C’est autre chose créé par l’Homme. Répondit la gélatine.
Sérieusement ?!
J’en ai bien peur, il faut le rattraper avant qu’il ne blesse Léo. »
Ce que Biarni fit, il suivra les traces de gélatine rouge jusqu’à un immense entrepôt. Biarni défonça les portes de l’entrepôt et surprise, il se retrouva dans ce qui semblait être une forêt composée d’arbres en chips ?! Les chips du tronc étaient disposé de manière à ressembler à de l’écorce. Pour le feuillage était fait de chips enrobées de salsa.
Ce feuillage croustillant forme une canopée d’avocat. Le super héros s’avança dans cette étrange forêt.
« - Mais qu’est-ce que c’est… D’abord un monstre pieuvre et maintenant une forêt de chips… Se dit Biarni ».
Tout à coup le héros entendit un cheval au galop. Il vit débarquer un cheval fait de tranche de pain à la crinière de jambon ibérique à taille réel. Biarni se retrouva bouche-bé devant cette créature comestible totalement irréel. Il remarqua que le cavalier était une tortilla à taille humaine chevauchant l’étalon alimentaire. En fait le cavalier portait un costume de Zorro fait d’encre de seiche solidifié.
« - ¿Holà hombre, que fais-tu ici ? Demanda le cavalier.
- Euh, je suis à la recherche d’un jeune homme enlevé par une pieuvre. Répondit le super héros.
¡Qué ! Tu veux t’en prendre au compagnon de notre roi. Ye te laisserai pas faire. »
La tortilla géante sorti une épée en bretzel, tout en faisait ruée son cheval. Pour foncer sur le géant blond. Biarni réussi à éviter la charge de la tortilla grâce à ses nouveaux réflexes de super héros. De rage la tortilla, envoya son épée dans la direction du héros. Sans y réfléchir Biarni croqua l’épée quand elle passa au niveau de sa bouche. Et surprise cette épée était tout à fait comestible, bien qu’un peu sec et très dur.
« - J’ai une idée pour sortir Léo d’ici, tu vas manger tous tes adversaires alimentaires. Pensa la gelée.
- Comment veux-tu que je mange de la bouffe qui fait la taille d’une personne ?! Répondit Biarni à la suggestion de la gelée.
T’en fais pas, je vais te donner un nouveau pouvoir, la supra-digestion comme ça tu auras suffisamment de place, pour dévorer tes adversaires. La gelée essayant de balayer les inquiétudes de son hôte.
Ça m’a l’air foireux comme plan. Pensa de manière sceptique le héros.
Eh ! Je te rappelle que ma vie est liée à la tienne. Tu crèves, je crève, c’est clair. Mais, si tu as une meilleure idée, je suis toute ouïe.

C’est bien ce que je pensais. Aller, à l’attaque ! Exhorta la gelée. »
Biarni se jeta sur le cheval, il commença par arracher les pattes avant du cheval pour l’immobiliser, le cheval se cambra et désarçonna son cavalier. Des blessures du cheval se déversèrent un fleuve de sangria. Les yeux de Biarni brillaient d’un bleu fluo.
« - ¡Cobardo! Tu oses t’en prendre à un pauvre animal de la manière la plus horrible. Siffla la tortilla géante.
- Je le prendrai comme un compliment venant de la part de kidnappeurs et de maquerelles. »
Il termina de dévorer le cheval en quelques bouchées. On n’entendit que le bruit des mâchoires. Cric-croc, shrump et slurp. Le cavalier détourne le regard de l’horrible fin de son fidèle destrier. Le super héros se retrouvait couvert de la sangria rouge du cheval. Tout ce liquide rouge mettait encore plus en valeur la rondeur de ses épaules, de ses pectoraux et de son ventre. Le spandex du costume imbibé de rouge, accentuait encore plus la forme ronde des muscles et du ventre du super héros. La tortilla essaya de se battre cependant son premier coup de poing se retrouva dans la bouche de Biarni. La tortilla se retrouva manchot. Le héros, tordit le cou, à la tortilla, pour mettre fin à ses souffrances. Il ne faudra pas longtemps pour qu’il fût englouti.
Le super héros continua sa route jusqu’à sortir de cette forêt de chips. Il se retrouva devant un bassin d’eau bouillante, il y avait çà et là des taches oranges, d’un coup toutes les taches se rassemblèrent en une vague forme humanoïde, une espèce de bonhomme en pâte à modeler orange.
« -Ah, ah tu as réussi à vaincre Raoul mais pas moi…
- Raoul ?
Oui Raoul la tortilla, t’aurai voulu qui s’appelle Baptiste, Jean-Marc, Kader, Xao Ling ou encore Murakane. Franchement j’en étais où moi… Ah oui parce que moi je ne suis pas un putain de poseur avec des discours hyper long et des mots en espagnol pour me la péter. Ce bouillon sera ton tombeau Ah Ah. »
Le bonhomme orange créa un torrent de soupe à déverser sur Biarni.
« - Tu vas finir noyé pauvre fou ! Ah ah ! N’essayes pas d’avaler, ton estomac ne pourra jamais contenir une telle quantité de soupe. »
Le personnage orange perdit de plus en plus de masse.
« - Merde, arrête de me bouffer, je t’en prie, je vais t’aider à faire sortir le prisonnier. »
Biarni arrêta d’aspirer le bonhomme orange
« - Essayes de me trahir et je bouffe ce qui reste de toi.
- Pas de soucis, tu n’as qu’à te mettre sur la croix rouge pour pouvoir accéder directement à la cellule du prisonnier. »
Le bonhomme orange tira sur un levier faisant tomber une cuve d’eau chaude sur la croix rouge.
« - Quel abruti, s’il croyait que j’allai l’aider. Merde ! Pi…
- Slurp burp ! »
Biarni fini de se débarrasser du bonhomme de soupe. Il continua son chemin jusqu’à tomber sur un labyrinthe composé de pop-corn.
« - Putain sa fini jamais cette merde ! Sérieux c’est quoi cette obsession pour la bouffe ! »
Dans un élan de fureur il mangea son chemin à travers le labyrinthe, quand tout à coup il entendit un mugissement. Un énorme minotaure fait à partir de steaks, le monstre portait une armure en frite ainsi qu’un bouclier et un glaive fait tous deux dans la même matière.
« - Viens pas me saouler, c’est pas le moment. »
Le combat fut de courte durée étant donné la taille de l’adversaire, juste quelques coups suffirent au héros, pour dévorer le minotaure, sous le coup de la colère et du desespoir. Tout ce qu’il restait du minotaure était le ventre gonflé de Biarni sa bouche taché de sauce barbecue.
« - Buuurrrppp. Bordel *uf*Faut que Urgh je me dépêche de sauver Léo. Exulta Biarni. »
Une grande double porte en bois apparut avec une mélodie de victoire.
« - Sér-urp-ieux ! S’exaspéra Biarni. »
Biarni se traina jusqu’à la porte et il sentit de nouveau l’effet de la supra-digestion. Le corps de Biarni se transforma, il gagna deux bons centimètres de hauteur, prenant une bonne dizaine de centimètres au niveau de l’embonpoint, sans parler de la masse musculaire accrue.
Derrière cette porte se trouvait un jardin avec une pelouse en glaçage vert, le bois des arbres était fait d’un mélange de chocolat noir, au lait, blanc. Ces arbres était chargé de fruit confit brillant de sucre. Les fleurs multicolores étaient composées d’une tige en pâte d’amande vert tendre et la corolle était faite de pétales de guimauve de toutes les couleurs possible.
« - Eh beau blond sa te dirait de prendre ton pied ! S’exclama un éclair au chocolat. » Cet éclair exhibait son derrière avec le trou pour le remplir en vedette. Une énorme religieuse à la vanille tenta d’écraser Biarni.
« - Repend-toi de tes péchés contre-nature, mon fils. Ce n’est pas naturel de vouloir coucher avec une personne du même sexe. Déclama la religieuse.
- Mais barre-toi la grosse bourge.
Comment oses-tu le tenté, Satan ! Oh pauvre âme égaré, pour le salut de ton âme je vais devoir te tuer, pour t’éviter les tentations de ce monde, puisque je suis la gardienne de la sainte morale de notre seigneur. Annonça la religieuse. »
Avant même que la religieuse n’ait eu le temps de bouger, la partie supérieure de la pâtisserie fut arraché par Biarni. Les restes de la religieuse s’effondrèrent en une masse informe de pâte à choux et de crème. Cet amas informe attaqua Biarni cependant le héros réussi à dévorer tous les restes de la religieuse.
« - Ouah, cette religieuse était pas fraiche, je me sens nauséeux. Pensa la gelée
- La coincée du choux est enfin morte, on est libre les mecs ! S’exclama l’éclair »
Des dizaines de pâtisseries sortirent de tous les coins pour venir remercier le super héros pour les avoir libéré du joug de la didactrice.
« - Notre héros, si tu veux aider le prisonnier du boss, va falloir vaincre le kraken en gélatine.
- Comment je peux te faire confiance ?
Ecoutes je serai stupide de te mentir, tu as déjà réussi à vaincre Raoul, le bonhomme soupe, le minotaure et l’autre folle. J’ai pas envie de finir comme eux. Je suis bien trop jeune et superbe pour finir sur tes hanches. Expliqua l’éclair
Si tu mens tu subiras le même sort que les autres. »
Le super héros s’avança vers le fond du jardin il se retrouva devant le kraken en gélatine. Le combat se passait mieux que la dernière fois, grâce à la puissance gagnée de ses anciens adversaires. Le kraken en gelée fini dévoré comme le reste des adversaires de Biarni. Enfin la dernière porte apparut avec la même mélodie de victoire.
Quand il ouvrit la porte, il se retrouva dans un donjon, Léo était attaché à une table d’expérimentation et de l’autre côté de la salle se trouvait un homme en blouse blanche.
« - Ne t’en fais pas, mon amour, je vais te libérer du joug… Comment as-tu pu entrer ici ?! Qu’as-tu fais de mes enfants ?! Apostropha l’homme.
- Oh tu parles des casse-croûtes que j’ai bouffés, pendant que tu faisais des trucs bizarres à Léo. Et je suis là pour libérer ta victime.
Comment oses-tu ?! Tu as dévoré mes enfants ?! Monstres ! Pleura le scientifique taré. »
Le cinglé se saisit d’une arme et tira une pâte gluante pour immobiliser le super héros. Biarni avait beau essayé de briser la pâte le retenant sans succès.
« - Maintenant je vais pouvoir ven… Dit le cinglé. »
Tout à coup Léo avait assommé son kidnappeur, il avait profité de la diversion fournit par Biarni pour se libérer.
« - Comment as-tu réussi à te libérer de tes liens ?
- Facile, j’ai crocheté mes attaches discrètement pendant le speech de l’autre. Je n’avais plus qu’à attendre qu’il me laisse seul. Merci pour la diversion. Et au fait il m’a montré comment inverser sa pâte bloquante. Expliqua Léo. »
Le jeune homme libéra le super héros en inversant les effets de la pâte avec l’arme.
« - Merci pour le coup de main pour me libérer. Remercia Biarni.
- C’est rien, je te devais bien de l’aide après la dernière fois et surtout j’allai pas laisser mon chevalier en collant dans un mauvais pas. Se vanta le jeune homme.
Ah ah ! « Le chevalier en collant », pas mal comme nom de super héros, je devrais peut-être l’envoyer à la presse. »
Biarni sorti Léo de l’entrepôt et le déposa à leur immeuble. Entre temps la police était arrivé à l’entrepôt mais il ne restait aucune trace des forêt, des labyrinthes et de ses habitants de nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
http://nolifetokyo.tumblr.com/
nolifetokyo
Gourmand de paroles


Masculin Nombre de messages : 281
Age : 23
Localisation : 94
Date d'inscription : 26/08/2012

MessageSujet: chapitre 4   Sam 06 Jan 2018, 17:14

Bonsoir cher membres de feedee fat je vous propose la quatrième chapitre de Biarni: un nouveau héros. En espérant qu'il vous plaise bonne lecture.

Tout était calme depuis quelques temps les super vilains, les petites frappes, et autres escrocs faisaient profil bas. Cette pause permettait à Biarni de souffler et surtout ce concentrer sur sa relation avec Léo.
En parlant de ce dernier, reclus dans son appartement pour cause de gros rhume. Oh pauvre Léo enfermé seul dans son appartement, à lutter contre les microbes.
Le jeune homme, sous une montagne de couvertures, abruti par les médicaments sombrant au grès des va et vient de sa conscience. Si seulement Biarni pouvait être ici, j’aurai le meilleur édredon au monde. Se dit tristement le jeune homme. Ah ! Cette sensation si particulière du muscle ferme enfermé dans les somptueuses mollesses du gras. Soupira-t-il rêveusement. Ah l’image de terres fertiles et vallonnées, des terres grasses et pleines de vie. Toute cette verdure était réconfortante et confortable. Ah il avait l’impression de pouvoir respirer à nouveau. Quelle agréable sensation !
De son côté Biarni commençait à s’inquiéter pour Léo, après tout imaginer le petit corps tremblant et fébrile, de l’adorable Léo sous les assauts de la fièvre.
« - Léo, tu vas bien ? Je peux entrer ? » Demanda le super-héros.
Léo de l’autre côté de la porte était trop dans le brouillard, pour répondre à la porte. Biarni inquiet pour Léo, il devait faire quelque chose pour l’aider.
« -File-moi un coup de main pour entrer dans l’appartement de Léo. Pensa Biarni.
- Je vais exceptionnellement accéder à ta requête, parce que je sens un truc étrange! Pensa la gelée. »
Biarni sentit son corps chauffer, bouillir et fondre en une flaque de gelée capable de passer sous la porte. Sans aucun effort flaque-Biarni pénétra dans l’appartement de Léo. Biarni sentit son corps se solidifier, se calmer et se refroidir.
« - Waouh comment t’as réussi à faire ça ?! Pensa Biarni.
- Pour faire très simple, j’ai altérer ta structure moléculaire, conserver ton énergie vital, et conserver ton flux cérébral. Enfin c’est la version courte. Tu as besoin de moi, car maîtriser cette compétence demande plus de subtilité que la super force ou la supra-digestion. Expliqua la gelée. »
Biarni rentra dans le salon de Léo, ce dernier était assommé sur le canapé par la maladie. La gelée se matérialisa par le miroir du salon. Le clone en gelée s’approcha de Léo, se pencha et l’embrassa.
« - Mais t’es un putain détraqué ! Beugla Biarni
- Relax, je suis toujours une projection mentale (montrant le ventre de Biarni) je suis toujours au même endroit. Expliqua la gelée.
Mais al…
J’ai senti un truc bizarre et j’ai voulu vérifier en l’embrassant. J’ai ressenti quelque chose ce qui est normalement impossible. De plus Léo n’a pas réagi quand t’a beuglé comme un goret.
Mais alors qu’est-ce qui se passe ? Demanda Biarni.
Une saloperie de parasite voilà ce qu’il passe. Cette saloperie a profité de l’état de Léo pour essayer de le vider de sa créativité. Cracha la gelée.
Mais faut faire quelque chose ! S’épouvanta le géant blond
On va aller déloger ce sale parasite, voilà ce qu’on va faire ! Pour commencer (la gelée s’approcha de Biarni pour lui tamponner un caméléon sur le front de Biarni) on va te rendre invisible pour éviter les problèmes avec Léo à son réveil. Expliqua la gelée bleue. »
Biarni regarda ses mains se fondent dans le décor suivi de ses bras, épaules, pectoraux, ventre jambes, et enfin les pieds. Biarni totalement indiscernable dans l’appartement.
« - Avant que tu le demandes j’ai fait en sorte que ton corps soit capable de renvoyer les mêmes ondes lumineuse que les objets autour d’où l’impression d’être invisible. Dit de manière ennuyée la gelée bleue. »
Le clone de gelée bleue prit la main de Biarni pour la poser sur le miroir du salon. Le miroir se troubla, un brouillard s’installa dans le reflet jusqu’à qu’on ne voit plus que ça. Les nuages se mirent à tourbillonner de plus en plus vite. Biarni se senti aspirer dans le tourbillon, la seconde d’après, il se retrouvait dans une vallée verdoyante.
« - C’est quoi cet endroit ? Demanda Biarni.
- Une illusion crée par le parasite, pour soutirer la créativité de Léo. Répondit le clone. »
Plus loin au pied du vallon se trouvait une rivière, sur cette rivière se trouvait Léo et un homme dans une barque. Cet homme avait de longs cheveux roux, une moitié de masque blanc cachait son visage. Cet homme portait un complet violet et sa veste était portée comme une cape, posée sur les épaules.
« - Alors ce monde autour de nous, c’est bien ma création ? Demanda Léo.
- Oui mon seigneur ce monde est le reflet de votre créativité. Expliqua l’homme en costume.
Pourquoi moi ? Demanda Léo.
Votre créativité est une puissance incommensurable, ce qu’il faut pour maintenir l’équilibre entre les forces. Je veux vous montrer un village dans cette vallée qui grâce à vous, qu’ils vivent, le créateur. Expliqua le rouquin.
Mmh. Répondit le jeune homme de manière soucieuse. »
Quand ils arrivèrent au pied de la vallée, ils descendirent de la barque et remontèrent un petit chemin jusqu’au sommet de la vallée. Une fois arrivée au sommet…
« - Surprise petite merde ! S’exclama la gelée bleue.
- Que… ? S’exclama le rouquin.
Eh oui moi aussi j’ai réussi à pénétrer ici. C’est pour te botter le cul et te virer du subconscient de Léo. Menaça la gelée.
Vite mon seigneur, il faut bannir ces démons au plus vite, dans tout ce que vous avez inventé, il doit avoir quelque chose pour les repousser. Supplia le parasite. (Léo concentra un rayon de lumière dans ses mains avant de le lancer sur Biarni et la gelée.)
- Je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas disparus. Ce rayon est censé détruire ceux qui veulent du mal et renforcer ceux qui me veulent du bien. Dit de manière confuse Léo. »
A ce moment Biarni et le clone en gelée se mirent à grandir et grossir sous les yeux de Léo et du parasite. Le parasite entraîna de force Léo en dehors de la vallée de retour dans la barque. Le parasite fit s’enfuir la barque au plus vite.
« - Bordel, il s’est passé quoi à l’instant ?! S’écria le nouveau géant.
- J’en sais foutrement rien ! Mais on va pouvoir profiter de cet avantage pour virer ce putain de parasite du subconscient de Léo. Gronda la gelée bleue. »
Les deux se levèrent avec leur ombre s’étendant sur des kilomètres et des kilomètres dans ce monde infini. Biarni et le clone gigantesque se déplacèrent sur l’autre versant de la vallée. En approchant de cette partie de la vallée, ils se rapprochèrent d’un village. Ce village était encerclé par des gnomes violets avec une moitié de masque blanc. Ces gnomes trainaient hors du village des petits êtres : des fées, des nymphes, des génies aux cheveux caramel, des yeux chocolat avec la peau diaphane. Les deux géants se rapprochèrent du village.
« - Eh les minus ! J’ai envie de me marrer sa vous direz pas de vous attaquer à un vrai défi. Tonna le géant en gelée. »
La gigantesque gelée abattit sa large main sur les gnomes violets. Ce qui permit aux adorables petites créatures de s’échapper. Le géant les porta à la bouche pour les dévorer avec plaisir.
« - Tu apprécies de manger ces trucs ?! S’indigna Biarni.
- Quel mal il y a, à joindre l’utile à l’agréable. (Se léchant les doigts et tapotant son ventre). C’est ce qu’il y a de plus efficace pour s’en débarrasser. Répondit de manière décontractée la gelée.
Arf t’es complétement fou, tu as effrayé les créations de Léo. (Les petits êtres s’étaient cachés dans un coin).
Allons, allons il ne faut pas avoir peur. Je ne mange que les méchants, pas les petites choses adorables comme vous. Rassura le géant en gelée. »
Biarni ramassa l’un des petits êtres pour le rassurer. Il commença à le câliner avec ses doigts tout doucement pour éviter de le blesser. La même lumière que Léo émana de la main de Biarni. Cette lumière se diffusa dans le corps du petit être et sembla le calmer, ce petit bout de chou se blottit volontairement contre la paume de Biarni. En voyant cela tous les petits êtres sortirent de leurs cachettes pour s’approcher des deux géants. L’un d’eux s’avança vers les deux géants pour prendre la parole :
« - Alors, vous êtes venus pour sauver, le Créateur ? Demanda la mignonne petite créature.
- Oui évidemment, et tu vas pouvoir nous y aider ; en nous disant ce que convoite le parasite en amenant Léo ici. Demanda doucement le géant en gelée.
Oh il veut certainement s’emparer de Léggdrosil, l’arbre source de toute vie dans ce monde. Seul le créateur peut le toucher.
J’ai compris ! Si le parasite veut accéder à la source de sa créativité, il devait l’emmener ici. Et ce rayon que nous a envoyé Léo, est censé bannir les mal intentionnés et renforcer les bienveillants. Expliqua la gelée. On doit y aller avant ce parasite. Déclara le géant bleu.
Léggdrosil se trouve au centre du monde il vous suffit de suivre la rivière jusqu’en amont pour le trouver. Déclara la création de Léo. »
Les deux géants partirent à la recherche de l’arbre-monde. Ils descendirent la rivière pour la suivre jusqu’à Léggdrosil.
« - J’ai une idée pour ralentir le parasite et Léo. Exprima la gelée. (Le géant bleu matérialisa une paille géante, pour aspirer l’eau de la rivière). Ah ! *burp* Voilà qui devrait les ralentir et nous permettrait d’arriver les premiers. Déclara la gelée. »
Dans une autre partie du fleuve la barque se retrouva ballotée par des courants puissants et contre-nature.
« - Qu’est-ce qui se passe ?! S’alarma le Créateur.
- Je n’en sais rien mon seigneur ! S’écria le rouquin. »
La rivière se retrouva vite assécher et impraticable pour n’importe quel type de véhicule. Il fallait donc trouver un autre moyen pour atteindre l’arbre-monde.
« - Il nous faut un autre moyen pour arriver au cœur de ce monde. Demanda le sale parasite à Léo.
- Eh bien… Je sais ! S’écria Léo. »
Léo se concentra et d’un coup un tapis volant apparu. Voilà de quoi leur permettre de continuer leur périple. Les deux montèrent sur le tapis volant pour les transporter. Pendant ce temps les deux géants avancèrent vite grâce à leur taille imposante. Ils continuèrent à avancer à un très bon rythme pendant une heure. Tout à coup le géant en gelée s’arrêta. La gelée attrapa quelques gnomes violets pour les dévorer. En même temps il avala de grandes goulées d’air et il expulsa un rot créant une terrible tempête.
« - C’était quoi ça ? Demanda le géant blond.
- Un petit quelque chose pour mettre des bâtons dans les roues au parasite.
Mais t’es cinglé, tu veux tuer Léo ou quoi ?! S’exclama Biarni.
T’en fais pas Léo ne peux pas mourir ici. Il y a que toi, moi et le parasite qui pouvons mourir.
Léo sera en sécurité ? Demanda le blond de manière sceptique.
Oui puisque je te le dis. Il est en sécurité ici tant que le parasite n’accède pas à Léggdrosil. »
Le tapis fut pris dans la tempête de gaz, et il fut dévié de sa route d’une centaine de kilomètres. Il s’échoua dans une plaine. Léo atterrit doucement, sur l’herbe comme sur une centaine de matelas et de couettes. Le parasite a atterrit dans un arbre. Il se releva difficilement de l’accident.
« - Mon seigneur argh ! Il faut urgh ! Se dé-…pécher d’y aller, avant ces deux démons.
- Il faut te soigner ! S’exclama Léo.
N-Non… Argh ! Je me soignerais sur le chemin, il faut y aller vite ! Exulta le parasite.
Très bien ! Dit Léo. »
Léo se concentra et fit apparaitre un carrosse tiré par des chevaux d’un beau blanc. Ils reprirent leur route en direction du centre du monde. Bien sûr ils avaient un immense retard sur le super-héros et la gelée bleue. Ce qui permit aux deux géants d’arriver les premiers à Léggdrasil. L’arbre était gigantesque plus énorme que le plus grand des immeubles. Cet arbre majestueux produisait par son système racinaire des liquides multicolores pour former un mince filet translucide. Les feuilles de cet arbre produisait les plus délicieuse senteurs entre l’épicé, le sucré et le salé.
« - Alors on fait quoi pour protéger le Léggdrasil ? Demanda le géant blond.
- ça ! Répondit le géant bleu. »
Le géant en gelée, étendit son bras jusqu’à former une bulle protectrice autour de Léggdrosil. Une bulle bleu fluo semi-transparente.
« - Eh voilà le travail cette saloperie pourra pas s’en emparer même si Léo le lui permet. Se félicita la gelée bleue. »
Peu de temps après Léo et le parasite arrivèrent aussi à l’arbre-monde.
« - Oh non ! Mon seigneur les deux démons se sont approprié votre Léggdrosil. Il faut absolument le libérer avant qu’ils puissent s’en emparer.
- Mais bien sûr ! C’est pour ça que le rayon de Léo nous a pas renvoyer d’ici mais nous a renforcer. Ironisa la gelée.
Ne l’écoutez pas, mon seigneur ! Ils ont perverti une de vos créations pour vous piéger ! S’alarma le rouquin.
Comment je pourrai pervertir quelque chose dont j’ignore l’existence. C’est toi qui l’a emmené ici pas moi, alors pourquoi je modifierai seulement ce détail insignifiant et aléatoire, alors qu’il y avait plus intéressant à modifier.
- ça n’a aucun sens. Pourquoi ne pas m’emmener dans un endroit effrayant, pour me forcer à leur donner accès à Léggdrosil plutôt que d’attendre que tu arrives pour intervenir. Demanda Léo. »
Léo se concentra et envoya le même rayon sur le parasite. Le parasite émit un cri atroce quand le rayon le toucha. Tout le monde autour d’eux se brisa en milliers de morceaux de vitraux, laissant un espace vide et sombre.
« - Non ! J’étais si près du but ! Comment as-tu osé ?! Même si je n’ai pas la totalité de ton potentiel j’au… S’énerva le parasite. (La gelée étendit son bras pour former un bouclier pour protéger Léo).
- Ah ça je ne crois pas. Dit la gelée. »
La gelée créa une bulle autour de Léo et le ramena auprès d’eux par rétractation de son bras.
« - Vas-y essayes de t’en prendre à Léo pour voir maintenant qu’il est sous ma protection ! Défia la gelée. »
Le parasite s’enfuit plutôt que de devoir affronter la gelée. Et il s’enfuit les laissant seul.
« - Il est temps de sortir de ce rêve et de se rétablir. Dit la gelée en câlinant Léo. »
D’un coup ils revinrent tous dans la réalité.
« - Quel drôle de rêve ! En même temps c’est pas étonnant après tout ce que j’ai vécu. Se dit Léo. »
La gelée en profita pour reproduire l’effet de gélification et faire sortir Biarni discrètement de l’appartement de Léo profitant toujours de l’impression d’invisibilité.
« - Qu’est-ce qui s’est passé là-bas ? Demanda Biarni à la gelée.
- Ce qui s’est passé… Comment dire… ? Hésita la gelée. Je vais utiliser une comparaison, le monde dans lequel on était un site internet, et le parasite était la connexion internet nous permettant d’y accéder, quand il s’est fait rejeter on a été rejeté nous aussi. Expliqua la gelée.
C’est vraiment ce qui s’est passé ? Demanda le héros blond.
Non j’ai simplifié le plus possible avec une comparaison. Répondit la gelée. »
Revenir en haut Aller en bas
http://nolifetokyo.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Biarni: un nouveau héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
Biarni: un nouveau héros
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NOUVEAU STADE: Proposition, solution ?
» Le nouveau site de l'Evad
» Nouveau dépôts Bus Verts.
» Aliaciklo : nouveau fabricant français !
» nouveau venu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEEDEEFAT :: Médias :: Litterature !-
Sauter vers: