FEEDEEFAT

Communauté de gainers, feedees et feeders francophone
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Félicitas - Traduction du chapitre 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Lun 19 Mar 2007, 15:45

Paulo avait commencé une traduction. Peux-tu la poster ici? Je verrais ce que je ferais ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mer 21 Mar 2007, 17:04

voui voui voui moi je suis preneur !!! alors Paulo... dépèche ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mar 27 Mar 2007, 18:21

il me tarde de savoir la fin de cette histoire passionante
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Lun 02 Avr 2007, 19:23

est que ça avance pour la traduction du chapitre 4?
merci
et ou peut on trouver de belles hisoires en français?
ça serai bien d en mettre ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Lun 02 Avr 2007, 20:06

Pour l'instant, ça n'avance pas, je suis plus que débordé, et j'attends le début de traduction de Paulo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mar 03 Avr 2007, 10:20

magne toi Paulo !!
Wink
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mer 04 Avr 2007, 11:56

c est dommage qu il n existe pas d histoires en français
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu
bedonnant


Masculin Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 27 Avr 2007, 11:13

oui c'est clair
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Jeu 03 Mai 2007, 19:59

Désolé pour le retard, faut dire que je passe pas souvent !

J'avais pas fait grand chose et je sais plus ou je l'ai fourré, mais je me souviens pas l'avoir supprimé, donc je dois pouvoir te passer ça sous peu.

Mais je répète ce que j'avais déjà dit, l'histoire commence à être moins bien à partir de ce chapitre...

A propos du manque d'histoires en français, je propose à tous ceux qui le peuvent soit d'essayer de traduire leurs histoires préférées en langue étrangère, soit pourquoi pas d'écrire leurs propres histoires !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 04 Mai 2007, 09:54

moins bien peut-être, ça n'empêche qu'on aimerait bien la lire tout de même pour pouvoir en juger !!!
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 04 Mai 2007, 12:01

frenchfeed a écrit:
moins bien peut-être, ça n'empêche qu'on aimerait bien la lire tout de même pour pouvoir en juger !!!

Oui et l attente est trés longue............
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Sam 05 Mai 2007, 00:03

Combien de chapitres comporte l histoire?
Est ce bien une histoire vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Dim 06 Mai 2007, 19:11

Voila c'est bon je l'avais pas effacé !
J'avais pas fait grand chose, mais c'est toujours ça...

Citation :
Oui et l attente est trés longue............
Que ce soit clair: je fais ça bénévolement et j'ai aucun compte à rendre ! Si t'es pas content c'est le même prix !
Sinon l'histoire comporte 11 chapitres, et elle est inspirée d'une histoire vraie, même si évidemment c'est romancé...

meteo: il y a quelques notes sur des trucs pour lesquels je suis pas sur ou que j'ai pas réussi à traduire. Un des paragraphes n'est pas traduit (désolé d'avoir sauté direct au plus intéressant Wink )

Citation :
FELICITAS
Une histoire presque vraie

Quatrième chapitre


Certaines choses préoccupent plus qu'on ne le pense. Et parfois on fait des choses complètement inconsciemment. J'ai constaté les deux quelques semaines plus tard à mes dépends. Je me suis en effet surprise alors que j'achetai chez Douglas un rouge à lèvres de la même couleur que celui qu'utilisait Tante Olga, la maman de Josefine. Alors, je me rendis à un salon de coiffure dans le centre-ville. J'avais décidé de me faire de nouvelles coiffure et couleur de cheveux. Je n'en avais même pas parlé à Josefine. Et encore moins à maman. Naturellement, ma nouvelle coiffure devait ressembler à celle que Tante Olga portait. C'est comme ça !

Cela signifiait donc lavage, coupe, coloration et styling. Je passai presque quatre heures dans le salon ! Une grande partie de mes économies y est passée. Cependant il fallait voir ce qui en est sorti à la fin. J'étais devenue tout autre. Je déambulai avec satisfaction jusqu'à la maison. Maman ne réagit pas mal. Ma nouvelle coiffure semblait même lui plaire. « Tu aurais pu faire cela bien plus tôt », dit-elle d'un air lapidaire. Je n'en entendis pas plus de sa part. Une lettre par avion se trouvait sur le bureau dans le couloir. Elle provenait de Samantha. Elle me l'avait adressée directement. Ma soeur s'était lâchée à répondre à ma lettre écrite six semaines auparavant.

Je l'empochai et couru à l'étage. Naturellement, j'avais hâte de savoir ce qu'elle avait écrit. Avec une tablette de chocolat au nougat armée, je m'assis à mon bureau et commençai à lire. L'écriture de Samantha était un peu difficile à lire, mais je pus tout déchiffrer. Elle avait écrit: "Qu'est ce que j'apprend, petite soeur ? Toi et le surpoids, c'est quelque chose de tout à fait délicat ! Je ressens presque comme un malin plaisir. Avoue que, quand j'ai commencé à devenir plantureuse, tu m'as toujours regardée de travers, non ? Bon, sans rancune. Presque 75 kilos ? Je pesais à peu près autant quand je suis partie pour les Etats-Unis. Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre. Tu as clairement les mêmes gènes que moi. Petite soeur, tu ne dois pas te faire de souci. Comme tu l'as écrit, tu prends cela à la légère, tu aimes même être grosse. Nous avons sûrement là un point commun. Parce que tu m'as parlé si honnêtement de toi, je veux aussi le faire pour moi. Tu t'es doutée que moi aussi, j'ai grossi. Petite soeur, tu ne t'es pas trompée. Quand on vit parmi des personnes grosses et grasses (NDT: lauten ?), comme moi aujourd'hui, il est inévitable que l'on prenne du poids. J'aime autant manger que toi. J'ai en réalité toujours fait cela. Je ne peux simplement pas renoncer à un bon repas, comme tu peux le comprendre. Le résultat est naturellement que je gonfle comme un soufflé (NDT: en fait c'est pas un soufflé, c'est un Hefeklos, ou Germknödel, un gâteau autrichien). Mes anciennes affaires, tu peux toutes les prendre, il n'y a plus rien qui me va. Heureusement que la famille qui m'héberge n'est pas radine et m'habille quand j'ai besoin de quelque chose de nouveau. Felicitas, je pèse d'ores et déjà 93 kilos ! C'est de la folie, non ?"

J'ai interrompu la lecture un moment. Seulement 93 kilos ?! Samantha n'était pas si loin que ça. En fin de compte, je pesais au début de la semaine dernière déjà 86,7 kilos. Ainsi, j'avais à présent égalisé avec Josefine ! Déjà !!! Je m'enfonçai une barre de chocolat dans la bouche et continuai à lire. "Ainsi, petite soeur, si je reviens ici dans un trimestre, j'aurais sûrement atteint les 100. Tu veux parier ? Autrement, il n'y a pas grand chose de nouveau. Je m'occupe comme auparavant de l'enfant (NDT: Bälger ?) de la famille, mais je regarde la télévision la moitié de la journée. Parfois, j'aide aussi à la cuisine. J'apporterais de super Recettes !" J'étais déçue que Samantha n'ait pas parlé d'elle-même de façon plus détaillée. Je posai la lettre sur le côté. J'allai prendre un bain. Un regard dans le miroir me dévoila que mon acné avait encore regressé. En revanche mes joues étaient devenues plus pleines. Elles étaient déjà plus pleines que celles de Josefine. On voyait rien qu'à cela que je continais à prendre du poids de manière fulgurante. J'ai eu des doutes, me demandant s'il était convenable de devenir encore plus grosse. Il ne s'agissait que d'une petite inquiétude. Mais j'ai immédiatement négligé à nouveau ces pensées. J'ai admiré pour finir ma coiffure relevée (NDT: je sais pas vraiment comment on dit, peut-être "updo"). Dommage que je devais l'ouvrir avant d'aller au lit. Est-ce que j'allais réussir à la remettre comme ça le lendemain ? Je pesais le matin suivant déjà 90,8 kilos. J'avais ainsi passé le cap des 90 kilos ! 4 kilos en moins de 7 jours ! C'était violent. Il fallait toutefois prendre en considération que j'avais mangé trois fois chez tante Olga pendant ce temps. Et avec ses petits plats j'étais servie. Si j'allais encore chez elle, ce serait l'équivalent d'une cure d'engraissement. Mais qu'est-ce qui pouvait m'arriver de mieux ?

(Paragraphe non traduit)

Je me séchais ensuite à fond. Puis j'enroulai mes cheveux frottés dans une serviette et me contemplai dans le miroir. Papa avait bien raison, mon ventre était assez rebondi. Mais il n'était pas arrondi de manière régulière comme le sien. Il était en effet composé d'un ventre supérieur et d'un bas-ventre. Le ventre supérieur rejoignait les bourrelets de graisse latéraux, tandis que le bas-ventre avait davantage tendance à pendre. Ma poitrine suivait également la loi de la pesanteur. Mon sein droit pendait légèrement plus que le gauche. Mes seins étaient également devenus un peu plus plats. En contrepartie ils avaient pris plus de largeur. Ils étaient moins harmonieux ainsi. Mais au fond, ce que je voyais dans le miroir me plut bien. Il était nouveau qu'autour de mes vastes mamelons se soient profilées des veines bleues sous la peau. Je n'ai certes pas trouvé cela particulièrement beau, cependant je l'ai accepté comme c'était. Je ne pouvais de toute façon rien y changer. Mes cuisses volumineuses et tremblottantes et mes fesses follement larges étaient bien sûr l'apothéose. Je devais admettre qu'il n'y avait plus rien de mon corps qu'on aurait pu qualifier d'esthétique. Malgré tout, je me suis trouvée bien en ordre. J'avais au moins des formes assez intéressantes à montrer.

(Voila c'est tout)
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Lun 07 Mai 2007, 00:05

Merci.C'est passionnant comme histoire.Il me tarde de savoir la suite, enfin si tu veux bien la traduire bien entendu.
Seul les histoires vrai m intéressent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Lun 07 Mai 2007, 13:49

Merci Paulo de prendre sur ton temps pour nous faire cadeaux de ces traductions cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mar 08 Mai 2007, 15:12

merci !!!!!!! Smile
on attend déjà la suite... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mer 09 Mai 2007, 12:35

Dans ce post, je corrige et complete la traduction du chapitre 4. Ce travail se fera en plusieurs fois. Les modifications sont en bleu.


[quote="Paulo"]
FELICITAS
Une histoire presque vraie

Quatrième chapitre


Certaines choses préoccupent plus qu'on ne le pense. Et parfois on fait des choses complètement inconsciemment. C'est ce que je constatai pour moi quelques semaines plus tard. Je me surpris en effet alors que j'achetai chez Douglas un rouge à lèvres de la même couleur que celui qu'utilisait Tante Olga, la maman de Josefine. Ensuite, je me rendis dans un salon de coiffure du centre-ville. J'avais décidé de me faire une nouvelle coiffure et couleur de cheveux. Je n'en avais même pas parlé à Josefine. Et encore moins à maman. Naturellement, ma nouvelle coiffure devait ressembler à celle que Tante Olga portait. C'est comme ça !

Cela signifiait donc lavage, coupe, coloration et styling. Je passai presque quatre heures dans le salon ! Une grande partie de mes économies y passa. Cependant il fallait voir ce qui en est sorti à la fin. J'étais devenue tout autre. Je déambulai avec satisfaction jusqu'à la maison. Maman ne réagit pas mal. Ma nouvelle coiffure semblait même lui plaire. « Tu aurais pu faire cela bien plus tôt », dit-elle d'un air lapidaire. Je n'en entendis pas plus de sa part. Une lettre par avion se trouvait sur le bureau dans le couloir. Elle provenait de Samantha. Elle me l'avait adressée directement. Ma soeur s'était decidee à répondre à ma lettre écrite six semaines auparavant.

Je l'empochai et couru à l'étage. Naturellement, j'avais hâte de savoir ce qu'elle avait écrit. Armée d'une tablette de chocolat au nougat, je m'assis à mon bureau et commençai à lire. L'écriture de Samantha était un peu difficile à lire, mais je pouvais tout déchiffrer. Elle avait écrit: "Qu'est ce que j'apprend, petite soeur ? Toi et le surpoids, c'est quelque chose de très délicat ! Je ressens presque comme un malin plaisir. Avoue que, quand j'ai commencé à devenir plantureuse, tu m'as toujours regardée de travers, non ? Bon, sans rancune. Presque 75 kilos ? C'est a peu pres ce que je pesais lorsque je suis partie pour les Etats-Unis. Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre. Tu as clairement les mêmes gènes que moi. Petite soeur, tu ne dois pas te faire de souci. Comme tu l'as écrit, tu prends cela à la légère, tu aimes même être grosse. Nous avons sûrement là un point commun. Parce que tu m'as parlé si honnêtement de toi, je veux aussi le faire pour moi. Tu a supposé que j'ai moi-meme grossi. Petite soeur, tu ne t'es pas trompée. Quand on vit parmi des personnes franchement grosses et grasses, comme moi aujourd'hui, il est inévitable que l'on prenne du poids. J'aime autant manger que toi. En realité, ca a toujours ete comme ca. Je ne peux simplement pas renoncer à un bon repas, comme tu peux le comprendre. Le résultat est naturellement que je gonfle comme un soufflé (NDT: en fait c'est pas un soufflé, c'est un Hefeklos, ou Germknödel, un gâteau autrichien). Mes anciennes affaires, tu peux toutes les prendre, il n'y a plus rien qui me va. Heureusement que la famille qui m'héberge n'est pas radine et me fourni quand j'ai besoin de quelque chose de nouveau. Felicitas, je pèse d'ores et déjà 93 kilos ! C'est de la folie, non ?"

J'interrompis la lecture un moment. Seulement 93 kilos ?! Samantha n'était pas si loin que ça. En fin de compte, je pesais au début de la semaine dernière déjà 86,7 kilos. Ainsi, j'avais à présent égalisé avec Josefine ! Déjà !!! Je m'enfonçai une barre de chocolat dans la bouche et continuai à lire. "Ainsi, petite soeur, si je reviens ici dans un trimestre, j'aurais sûrement atteint les 100. Tu veux parier ? Autrement, il n'y a pas grand chose de nouveau. Je m'occupe comme auparavant des mioches de la famille, mais a vrai dire je regarde la télévision la moitié de la journée. Parfois, j'aide aussi à la cuisine. J'apporterais de super Recettes !" J'étais déçue que Samantha ne parle pas d'elle-même de façon plus détaillée. Je posai la lettre sur le côté. Je me rendis dans la salle de bain. Un regard dans le miroir me dévoila que mon acné avait encore regressé. En revanche mes joues étaient devenues plus pleines. Elles l'étaient déjà plus que celles de Josefine. On voyait rien qu'à cela que je continais à prendre du poids de manière fulgurante. J'eus des doutes, était-il bon de devenir encore plus grosse? Il ne s'agissait que d'une petite inquiétude. Mais j'ignorai ces pensées immediatement. J'admirai pour finir ma coiffure relevée (NDT: je sais pas vraiment comment on dit, peut-être "updo"). Dommage seulement que je devais l'ouvrir avant d'aller au lit. Est-ce que j'allais réussir à la reconstituer comme ça le lendemain ? Je pesais le matin suivant déjà 90,8 kilos. J'avais ainsi passé le cap des 90 kilos ! 4 kilos en seulement 7 jours ! C'était violent. Il fallait toutefois prendre en considération que j'avais mangé trois fois chez tante Olga pendant ce temps. Et avec ses repas j'étais servie. Si j'allais encore chez elle, ce serait l'équivalent d'une cure de gavage. Mais qu'est-ce qui pouvait m'arriver de mieux ?

Pendant le cours de geographie, la secretaire de l'ecole vint me chercher. Il y avait un appel urgent pour moi. C'etait papa. Des les premiers mots, j'ai compris qu'il s'etait passe quelque chose de grave. J'avais raison. Il m'appris qu'a la maison, maman etait tombee dans les escaliers et qu'elle s'etait blessee mortellement. J'avalai ma salive. Comment cela pouvait-il seulement arriver? Est-ce que maman avait ete ivre? Ces derniers temps, elle avait beaucoup picole. Parfois plus que la bouteille de vin mousseux. Je l'avais parfois vue zigzaguer. Ca avait ete le soir. Mais que s'etait-il donc passe la journee? Peut-etre qu'il s'etait passe quelque chose a quoi ni papa ni moi n'aurait jamais pense. "Papa, sois courageux. Je viens tout se suite...". Bien sur, c'etait un choc pour moi aussi. Cepedant, je ne versai pas de larmes. J'avais trop vecu sous tension avec maman. La peine de papa me rendit plus triste. Car il avait aime maman, malgre ses facons souvent ridicules. Les deux avaient quand meme ete maries plus de 21 ans. Je promis a papa de gerer dorenavant le menage. Je ne le fis pas de maniere totalement desinteressee. En effet, dans ma tete, je me demandais s'il n'etait pas mieux que je quitte l'ecole deja apres la 10eme classe (equivalent de la troisieme en France). En math, j'etais devenue entre temps catastrophiquement mauvaise, et je risquais de redoubler. Et cela me permettrais de ne plus entendre les remarques betes des filles. Simplement arreter serait la solution la plus elegante. De cette maniere, j'allais faire d'une pierre deux coups. Pendant les jours avant l'enterrement, je parlais a Papa de cela. Il n'avait bien sur pas idee de ce que je projetais. Un soir, il me dit: "Felie, si tu le faisais, je te serais tres reconnaissant. Mais je ne voudrais en aucun cas nuire a ton avenir." Je le rassurai: "Ne te fais pas de souci a ce sujet. Je n'ai de toute facon plus envie d'aller a l'ecole. Et une formation professionnelle peut attendre. Ce qui m'est important, c'est que tu sois approvisionne. Ton travail a la priorite. Tu ne dois pas avoir a t'occuper de tout ce qui concerne les taches domestiques." Papa me serra. Puis il dit: "Tu as bien pris du poids, petite. Je sens la un ventre vraiment rebondi." Le sang me monta a la tete. J'etais tres genee. Un peu plus tard, dans le couloir, je m'observai dans le grand miroir de la garde-robe. En effet, mon ventre allait presque aussi loin que ma poitrine. Le fait n'etait pas a nier. Ou alors si? Contente, je me tournai ici et la. J'etais arrivee a la taille 52. Maintenant, papa m'allait m'acheter quelque chose de nouveau bien plus tot que prevu. Cela me rassura enormement. Et je me rendis compte que j'allais bientot avoir de nouveau besoin de quelque chose. Quelque chose de noir bien sur. Je fis trois signes de croix... Pendant que papa ramena Samantha de l'aeroport, j'astiquai les salles de bain. Ensuite, je me douchai abondamment. Je laissai avec beaucoup de plaisir l'eau tres chaude glisser sur le corps. Je restai 20 minutes entieres sous la douche.

Je me séchais ensuite à fond. Puis j'enroulai mes cheveux frottés dans une serviette et me contemplai dans le miroir. Papa avait bien raison, mon ventre était assez rebondi. Mais il n'était pas arrondi de manière régulière comme le sien. Il était en effet composé d'un ventre supérieur et d'un bas-ventre. Le ventre supérieur rejoignait les bourrelets de graisse latéraux, tandis que le bas-ventre avait davantage tendance à pendre. Ma poitrine suivait également la loi de la pesanteur. Mon sein droit pendait légèrement plus que le gauche. Mes seins étaient également devenus un peu plus plats. En contrepartie ils avaient pris plus de largeur. Ils étaient moins harmonieux ainsi. Pourtant au fond, ce que je voyais dans le miroir me plut bien. Une nouveaute: autour de mes vastes mamelons se profilaient des veines bleues sous la peau. Je n'ai certes pas trouvé cela particulièrement beau, cependant je l'ai accepté comme c'était. Je ne pouvais de toute façon rien y changer. Mes cuisses volumineuses et tremblottantes et mes fesses follement larges étaient bien sûr l'apothéose. Je devais admettre qu'il n'y avait presque plus rien de mon corps qu'on aurait pu qualifier d'esthétique. Malgré tout, je me suis trouvée conforme. J'avais au moins des formes vraiment intéressantes à montrer.

En bas, les pneus d'une auto crisserent. Ca ne pouvait etre que papa. Je me glissai dans le peignoir blanc et les tongs. Je descendis les escaliers vers l'entree avec empressement. A chaque marche je sentai comment ma poitrine et mon ventre remuaient. Les seins lourds tiraient, je n'avais pas pris le temps de les caler dans un soutien-gorge. Une fois en bas, j'ecarquillai les yeux. Car il s'en fallu de peu que je ne reconnaisse pas Samantha. Je paniquai un peu. Son visage avait change. Certes, les traits principaux etaient toujours reconnaissables, mais les joues larges, les yeux disparaissant presque derriere et semblant pour cela plus petits, rendaient claire la difference. Elle paraissait grasse. "Felie!" cria Samantha; elle me serra dans ses bras. "Laisse-moi t'observer". Samantha fit un pas en arriere. Elle portait une robe jaune clair ornee de paillettes vert clair au col. Elle portait des escarpins verts a talon haut, des nylons unicolores aux imposants mollets. Ses cheveux blonds et cours etaient recouverts d'un bonnet dont la matiere etait la peau d'un felin. Typiquement americain. "Ciel, petite soeur, tu es vraiment devenue un poids lourd. Cela se voit meme dans le peignoir large. Je te trouve formidable! Au fait, les cheveux blonds te vont a merveille." J'avais retire le foulard de la tete, si bien que Samantha pouvait voir la nouvelle couleur. Dis, soeur de mon coeur, tout a l'heure j'ai pese 93,4 kilos! Qu'est-ce que tu en dis? Je pouffai de rire genee. Samantha ria fortement: "Je ne sais que dire. Chez moi ce ne sont que quelques kilos. Peut-etre trois ou quatre, pas plus. Comment as-tu reussi cela en aussi peu de temps? Felicitation, petite soeur!" Ma soeur pris sa valise et suivit papa en haut. Je l'entendis dire, en s'eloignant: "Je n'ai pour le moment pas reussi a atteindre les 100, malheureusement." Elle rit de nouveau. Cela sonnait joyeux, mais avec une voix un peu forte. Effectivement, americain, pensais-je. Je les suivis. Il ne restait plus que trois heures jusqu'a l'enterrement. Et j'allais avoir besoin d'au moins une heure et demi pour m'habiller et me coiffer.



(1) Wenn man unter lauten dicken und fetten Leuten lebt : j'ai finalement traduit "laut" par "franchement", qui ne sert probablement qu'a renforcer dick: "Quand on vit avec des personnes franchement grosses et grasses".


Dernière édition par le Ven 25 Mai 2007, 13:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 25 Mai 2007, 13:29

Deux heures plus tard, nous etions tous assis dans la salle a manger. Papa, Samantha, grand-mere Vera, cousine Regine, oncle Franz, Josephine et aussi tante Olga. Je servis a chacun une liqueur. "Regardez Felicita", remarqua grand-mere. "L'enfant tient vraiment de Ferdinand" (qui est mon pere et son fils)."C'est aussi le cas pour Samantha, bien sur. Mais elle aura bientot 20 ans. Felie, tu n'as que 17 ans, pas vrai?". Grand-mere mit une main a son oreille. Elle entendait mal. Nous etions bien ensembles, a l'exception d'oncle Franz. Il etait presque decharne. Il venait de la famille de ma mere. C'est pourquoi ce n'etait pas non plus etonnant. "Regardez comme Felicita a grossi!" Samantha pointa du doigts mes fesses larges. "Alors qu'il y a six mois, elle n'etait encore qu'un poussin decharne. Devenir aussi grosse en quelques mois, ca c'est une performance!" Samantha rit de nouveau a haute voix. Son lourd menton trembla. Papa detourna la conversattion et raconta quelque chose sur son travail. Mais personne ne pouvait vraiment le suivre. Le barda de l'informatique n'interessait pas vraiment. Tous etaient un peu tendu. Seules tante Olga et Josephine qui etaient assises sur le sofa, donnaient une impression detendue. Elles se regalerent avec un chocolat au lait entier. Regine, qui ne s'etait pas jointe a la conversation jusque-la, demanda: "Dis-moi, Felie. Veux-tu vraiment mettre cette blouse transparente? Je la trouve tres osee." Je la regardai sans comprendre. "Que veux-tu dire?" Regine montra avec sa main la taille qui n'etait plus visible. "A travers le nylon, on voit clairement tes bourrelets de graisse." Je la regardai abasourdie. Puis je me regardai. Effectivement, les bourrelets jaillisaient comme des grosses vagues par-dessus la ceinture de la jupe noire. Cependant, cela ne devait en rien m'etonner. Avec la jupe serree, c'etait normal. Seulement, le tissu de nylon noir ne cachait effectivement presque rien. Bien au contraire! La peau brillait a travers la matiere tres fine. Je devais avouer que ca n'etait pas vraiment appetissant. Mais que devais-je faire? Dans cette situation, seul un corset aurait ete utile. Mais premierement, je n'en possedait aucun, et deuxiemement, ca aurait ete trop pour moi, en ce jour chaud de printemps. Je transpirais de toute facon deja derriere la blouse. Malheureusement, celle-ci n'etait pas sans manche. Je n'avais pas non plus d'autre blouse noire. "Vous savez quoi? repliqua Samantha, c'est completement egal si les bourrelets de Felie sont visibles ou pas. Je trouve que Felie ne doit pas se cacher a cause de ca, n'est-ce pas?" Personne ne repondit. Regine baissa seulement la tete. Ma soeur avait pour ainsi dire coupe court a cette discussion. Je lui jettai un regard de gratitude. Toute cette histoire avait ete penible pour moi.

Il etait temps d'y aller. Nous nous rendimes au cimetierre avec deux voitures. Dans la voiture d'oncle Franz, une vieille Ford sans climatisation, il faisait super chaud et ca puait. Nous ne pouvions pas ouvrir la fenetre, parce que ca lui faisait trop de courants d'air. Je transpirai beaucoup sous les aisselles et des gouttes de sueur se formerent sur le front. Meme Josephine transpirait et gemissait. Heureusement, avant, je m'etais bien equipee. J'avais recu en cadeau de tante Olga une petite bouteille du parfum lourd et sucatre de ses provisions. C'etait suffisamment fort pour cacher l'odeur de la transpiration. Bon, il y avait quand meme un peu d'odeur dans la voiture. Avant, de telles conditions de voyage ne m'auraient rien fait. Je ne sais pas ce qu'il aurait fallu pour que je transpire autant. Maintenant c'etait completement different. Je transpirais deja lors du plus petit effort et meme lorsque je ne recevais pas d'air frais. Cela m'etait bien sur penible et desagreable. Quand le cercueil fut dans la fosse, des larmes coulerent sur mes joues. Meme Samantha pleurnichait. Mais le pretre tint un tres beau discours. Il m'atteint vraiment l'ame. Toutefois, il etait un peu long a mon gout. A force de rester debout, mes jambes devenaient de plus en plus lourdes. Je sentais clairement mon poids. De meme, mon mal de dos, qui se declenchait a chaque fois que je devais rester longtemps debout, repris. Je devenai de plus en plus fatiguee. Ca avait aussi ete un jour difficile et fatiguant. Pour rentrer a la maison, je convainquis Samantha et Josephine de venir a pied avec moi. Ce n'etaient qu'a peine deux kilometres. Sur le chemin, nous passames devant la patisserie "Steinmayer". Samantha proposa de prendre un morceau de tarte. Bien entendu, Josephine et moi approuverent de suite, c'est evident. Mon estomac gargouillait d'alleurs deja. "Chere madame", demanda Samantha a la serveuse, "Amenez-nous s'il vous plait trois grandes parts de cette tarte a la creme de nougat". Les trois parts devienrent bien sur six. Tant que Samantha payait, cela me convenait. Apres, Samantha chercha encore pour nous au comptoir un paquet de truffes a la creme. Quand nous arrivames a la maison, les paquets etaient bien sur vides. "Nous en aurons demain toutes les trois un peu plus sur les hanches, on parie?", dit Samantha en riant profondement.


Fin provisoire de la traduction.


Dernière édition par le Mar 29 Mai 2007, 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
_Jim_
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 25 Mai 2007, 13:52

Merci Meteo.Cette histoire est vraiment géniale.C'est surtout car elle est tirée de faits réels.Les histoires inventées ne m intérressent pas.Personne ne connait des histoires vrai à raconter.????????????
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Mer 27 Juin 2007, 10:48

la suite ! la suite ! la suite ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 17 Aoû 2007, 10:11

meteo ? Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 17 Aoû 2007, 20:08

Je ne peux pas être au four et au moulin. De plus, dans quelques mois je serai totalement absent pendant 6 mois car j'écrirai un mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Mister Fat
Feedee extrème


Masculin Nombre de messages : 1583
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Ven 17 Aoû 2007, 20:12

Meteo on pourrait avoir des nouvelles de l'émission sur le feedism?La journaliste avait pris contact avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Sam 18 Aoû 2007, 10:52

J'ai appris que les frais ne me seraient pas remboursés, et comme actuellement je ne suis pas ravi de perdre du temps, j'ai reporté l'entretien. La journaliste a aussi quelqu'un d'autre en vue, également en Allemagne. Rien ne presse.
Revenir en haut Aller en bas
Mister Fat
Feedee extrème


Masculin Nombre de messages : 1583
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   Dim 16 Déc 2007, 18:57

Tu en es où de la suite de la traduction de Felicitas Meteo?
On veut tous connaitre la suite. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Félicitas - Traduction du chapitre 4   

Revenir en haut Aller en bas
 
Félicitas - Traduction du chapitre 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» traduction de mots sioux
» traduction italien, français...
» Traduction pour choix Pneus 996TT [urgent svp]
» Traduction de signalement
» Traduction, help wanted

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FEEDEEFAT :: Votre Feedeefat :: La corbeille :: Litterature !-
Sauter vers: